le dihydrogène pour produire de l'électricité

Le dihydrogène, l’avenir pour produire de l’électricité ?

Avec l’accroissement de la population, et les besoins énergétiques qui augmentent avec les innovations, il est nécessaire de trouver des alternatives aux modes de production d’électricité qui existent mais qui polluent, et développer ceux qui ne nuisent pas à la planète. C’est dans cette optique que la pile à hydrogène pourrait se développer dans les années à venir. L’un des inconvénients réside dans le fait qu’il est nécessaire de produire le dihydrogène pour faire fonctionner la pile.

Quelles sont les différentes sources pour produire de l’électricité ?

Il existe différentes sources qui permettent de produire de l’électricité. En France, la source principale de la production d’électricité est l’énergie nucléaire. Ensuite, à la deuxième place sur le podium, on retrouve les énergies renouvelables, avec l’hydroélectrique, l’éolien ou encore le photovoltaïque. Et enfin, on utilise les énergies fossiles, qui comprennent le gaz, le pétrole ou encore le charbon. Cependant, si on se réfère à l’échelle mondiale, la part des énergies fossiles avoisine les 80%.  

Il est également possible de produire de l’électricité à partir du dihydrogène. Cependant, il ne s’agit pas d’une source primaire d’énergie, car le dihydrogène à l’état naturel dans la nature n’est pas facilement exploitable. On doit alors procéder à des réactions chimiques qui permettront de produire la molécule, puis d’autres réactions produiront ensuite de l’électricité.

Quels sont les modes de production du dihydrogène ?  

Il existe de nombreux mécanismes permettant de produire du dihydrogène. Les chercheurs tentent toujours de trouver de nouvelles méthodes plus rentables et moins chères pour y parvenir. Voici donc quelques modes de production parmi les plus utilisés actuellement.

Il est possible de produire du dihydrogène dans des bioréacteurs, notamment à partir d’algues ou d’eaux usées. La première méthode consiste à priver l’algue de soufre pour qu’elle produise du dihydrogène, alors que la deuxième méthode est basée sur le rejet de dihydrogène par les bactéries des eaux usées.

Une autre solution de fabrication passe par des réductions chimiques, notamment à partir de l’aluminium.

La thermolyse est également efficace, on utilise de l’eau et de hautes températures pour y parvenir.

Une méthode plus polluante consiste en l’extraction d’hydrocarbures fossiles, comme le gaz naturel par exemple. Puis, par vaporeformage, la vapeur d’eau à très haute température va transformer les molécules pour en donner du dihydrogène.

Enfin, la dernière méthode que nous vous présentons est l’électrolyse. On utilise de l’électricité pour transformer les molécules d’eau, qui va alors se transformer en dioxygène et en dihydrogène. Pour produire du dihydrogène propre, on peut utiliser l’électricité qui vient de l’éolien, du photovoltaïque et de l’hydroélectricité.

Quelle est l’utilisation du dihydrogène dans le domaine de l’énergie ?  

Quand il est utilisé dans les piles à combustible, l’hydrogène sert à produire de l’électricité. En effet, l’oxydation du dihydrogène au niveau d’une électrode couplée à la réduction d’un autre composé au niveau de l’autre électrode permet de créer un courant électrique.

La pile la plus utilisée est la pile dihydrogène-dioxygène. La réaction produit uniquement de l’eau, donc est respectueuse de l’environnement, car n’émet pas de gaz à effet de serre. Encore faut-il que la méthode pour produire le dihydrogène soit également propre, c’est là tout l’enjeux du dihydrogène de demain.

Ce type de piles, qui, pour commencer était très utilisé dans l’aérospatial, peut désormais se retrouver dans de nombreux objets du quotidien, à l’image des téléphones, ou des voitures électriques.

Articles associés