être propriétaire

Et si rester locataire était plus avantageux que de devenir propriétaire ?

Vous êtes locataire depuis plusieurs années et hésitez à acheter enfin votre bien immobilier ? Posséder son propre bien peut avoir de nombreux avantages, comme le fait d’être libre de réaliser les travaux qui nous plaisent et de modeler le bien à notre guise. Mais il est important de bien réfléchir avant de se lancer dans l’acquisition d’un logement, car le prix à payer chaque année est conséquent. On vous liste certains coûts à prévoir pour votre prochain achat.

Les mensualités

À moins que vous ne puissiez payer votre bien immobilier argent comptant, vous allez devoir souscrire à un crédit immobilier. C’est-à-dire que chaque mois, durant une période définie avec votre banquier, fonction de votre revenu et du prêt que vous avez demandé, vous allez devoir rembourser une somme précise.

Le plus souvent, vous devrez tout de même être dans la mesure de fournir un apport minimum au moment de la souscription, pouvant aller de 10 à 30% du prix du bien. Le remboursement d’un prêt immobilier ne doit pas excéder 1/3 de vos revenus. Plusieurs types de prêts immobiliers existent, comme les prêts à taux fixes, à taux variables ou à taux révisables.

Les charges de copropriété

Vous aurez ces charges à payer si vous achetez un appartement au sein d’un immeuble. Elles vont servir à entretenir votre immeuble, par exemple pour nettoyer les parties communes, ou être utilisées pour le bon fonctionnement des interphones. Elles servent aussi à faire des rénovations, comme un ravalement de façade par exemple. Mais aussi des charges pour des services proposés comme un concierge, ou encore entretenir une piscine.

Le budget est voté lors de l’assemblée générale des copropriétaires. Les charges sont en général à payer chaque trimestre.

La taxe foncière et la taxe d’habitation

La taxe foncière est un impôt que doit payer tous les ans un propriétaire de bien immobilier. Cette taxe date de la Révolution Française ! Des exonérations sont cependant possibles pour les familles les plus modestes. Même dans le cas où vous louez votre logement, c’est à vous de la payer. La taxe est calculée en fonction de votre situation au 1er janvier de l’année d’imposition. Elle s’élève à 50% de la valeur locative cadastrale pour un bien bâti, multipliée par les taux fixés par les collectivités locales.

La taxe d’habitation est également calculée selon votre situation financière au 1er janvier de l’année d’imposition. Les foyers les plus modestes sont aussi exonérés de cette taxe. Elle est cependant valable pour les propriétaires et les locataires. Cette taxe est calculée de la même manière que la taxe foncière. Cependant, elle devrait disparaître d’ici quelques années pour la plupart des Français. Vous pouvez consulter notre article sur « les résidences secondaires non concernées par la fin de la taxe d’habitation ».

Les travaux pour entretenir la maison

En effet, pour que votre bien immobilier ne perde pas de sa valeur, il est essentiel d’effectuer des travaux réguliers au sein de celui-ci. Ces travaux peuvent aussi bien concerner une nouvelle isolation, qui pourra se ressentir dans les factures d’électricité, mais également des travaux de rafraichissement d’une vieille salle de bain, ou pour moderniser une cuisine, etc… Les travaux les plus réalisés par les Français sont les remplacements de portes et de fenêtres, mais aussi les travaux concernant le chauffage.

Les prix pour réaliser des travaux chez soi sont de plus en plus élevés au fil des années, ce qui peut encourager certains propriétaires à réaliser eux-mêmes les travaux.

Alors avant de vous lancez dans un achat, pesez le pour et le contre. Dites-vous également que lorsque vous aurez fini de rembourser votre prêt, vous serez l’heureux propriétaire d’un bien immobilier.  

 

Articles associés